РЕКЛАМА 
play free slots game - no deposit blackjack no download craps online poker casino games

Accueil  |  Publications  |  Forum  |  Contact
 

Collectif des Victimes de Dysfonctionnements Judiciaires et Administratifs












SAUVER … UN HOPITAL …


L’hôpital de Châteaudun n’a jamais connu de problèmes. Les médecins, très bons professionnels, toujours à l’écoute de leurs patients, ont toujours fait leur travail à la hauteur des attentes de la population dunoise, jusqu’au moment où …

Le premier conflit éclate en 2007 : il s’agit du non-renouvellement au 1er mars du contrat du Docteur Mounir Hilal, médecin urgentiste depuis cinq ans.

L’année suivante c’est le service de chirurgie qui se voit exposé à une fermeture imminente à des motifs obscures et … pas très clairs !

La ville la plus proche de Châteaudun, Chartres, refuse formellement de venir au secours de ses collègues…

Par cette fermeture inutile, la sécurité des patients et notamment des femmes qui veulent accoucher à Châteaudun est mise en péril, sans chirurgie possible en cas de problèmes, comme d’autres services.

Mais pourquoi cette « sanction » à l’égard de tout une structure et son personnel ?

Nous avons notre « petite » idée éclairée sur la question :

En effet, toutes les foudres ont frappé l’hôpital dès que les médecins, y compris le Dr Mounir Hilal, ont constaté à plusieurs reprises des faits de maltraitance sur le petit Yann (traumatismes crâniens en répétition avec ITT 48 heures), fils du chef de la Police Municipale de Châteaudun G. Kervedaou.

C’est la mère qui a chaque fois amené l’enfant aux urgences et qui a alerté également la gendarmerie locale des violences sur l’enfant commis par son géniteur.

Ce dernier a exposé des photos de petit Yann, âgé aujourd’hui de 4 ans, sur un site dont les images ont été qualifiées comme pédopornographiques dans les écrits des Magistrats de Versailles.

A la demande du Vice-Procureur certains médecins hospitaliers, qui ont suivi le dossier médical de Yann Kervedaou, ont été poursuivis et traînés devant le juge d’instruction.

Heureusement, les médecins ont été légitimement relaxés. Néanmoins la ville de Chartres est formelle : pas d’aide à l’hôpital de Châteaudun dans cette situation difficile actuelle.

Et pourtant si l’hôpital ferme, les patients et les malades devront faire plus d’une heure de transport pour être hospitalisés en cas d’urgence : on aura alors largement le temps … de mourir !

Il s’agit bien d’une affaire politique qui vise à « sanctionner » cet échec vengeresque judiciaire …

A l’époque des faits prouvés de maltraitrance, Mme ROUSSEL, médecin de PMI de Châteaudun et ancienne maire-adjointe (Equipe de M. le Député-maire UMP Alain Venot), a fait tout son possible pour ne pas signaler la maltraitance de l’enfant et la présence de ses photos sur un site pédopornographique.

Elle a trouvé un bon soutien auprès du Dr Roudiere, gynécologue domicilié professionnellement au Conseil Général (???) situé toujours à Chartres…

Tout comme M. le député Philippe VIGIER qui cherche selon ses dires, des solutions pour apporter son soutien à la vie de l’hôpital, mais qui en parallèle ne se gêne pas pour dénoncer toutes les tares même imaginaires que peut accumuler l’hôpital de Châteaudun, alors qu’il reconnaît lui-même être exclu des instances de décision et que l’information ne lui est donnée qu’au compte gouttes en la réclamant avec insistance.

Nous espérons ainsi au minimum que M. VIGIER sera mieux informé sur les raisons qui semblent être à l’origine de la présente situation de l’hôpital de Châteaudun.

Voilà donc le sort dramatique « qu’on » tente de réserver à l’hôpital de Châteaudun qui a toujours veillé sur la santé et la sécurité de ses patients, en faisant son travail quotidien humainement et honorablement comme le veut cette profession.



MOBILISATION POUR SOUTENIR CET HOPITAL


Ne restez pas indifférent à cet appel pour soutenir cet hôpital en détresse et son personnel hospitalier composé de plusieurs centaines de professionnels.

Nous ne pourrons être rassurés quant à notre avenir que si les hôpitaux comme celui de Châteaudun existent et où des hommes et des femmes courageux, sont capables de donner les alertes afin de protéger notre sécurité et celle de nos enfants car,

Si l’hôpital de Châteaudun ferme, nous n’accepterons pas nous, de fermer les yeux sur ce que certains commettent en protégeant, pour éviter le scandale, des actes barbares sur des mineurs … ou autres.

Mots de soutien à l'hôpital de Châteaudun

QUE LA JUSTICE SOIT FAITE

#




© 2008 - SK


E-mail:  lianeporte38@aol.com